Qui est qui ? Chantal Moëns, conseillère en accessibilité

Chantal Moëns
Architecte et conseillère en accessibilité
Responsable du département Consultance
Arrivée chez Atingo en septembre 2007
Contacter Chantal par mail
081 24 19 37 – 0474 09 12 61

Bonjour Chantal, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Chantal Moëns, je suis architecte de formation et maman de trois ados. Je suis passionnée de voyages, de nature. Je suis fan d’aventures et de nouvelles expériences. J’adore tout ce qui est lié aux domaines proches de l’architecture (paysages et nature, aménagements intérieurs, design, art, culture, visites d’expos…)
Chez Atingo, je suis conseillère en accessibilité et responsable du département Consultance.

Depuis combien de temps travailles-tu chez Atingo ? Quel a été ton parcours avant d’arriver ici ?

Je travaille chez Atingo depuis 13 ans maintenant.
Après mes études, j’ai fait un stage d’un an dans des bureaux d’architecture au Mexique. J’ai ensuite effectué ma 2ème année de stage en Belgique. J’ai ainsi eu l’occasion de travailler sur des projets d’architecture diversifiés et d’assez grande ampleur.
Par après, j’ai travaillé pour différents bureaux d’architecture dans le Brabant wallon.
Jusqu’à mon arrivée chez Atingo, j’ai eu un parcours d’architecte indépendante : je travaillais pour des bureaux d’architecture tout en suivant également quelques projets à mon compte. Je travaillais essentiellement sur des projets de maisons particulières et sur quelques projets d’immeubles à appartements ou de bureaux.
A un moment, j’ai eu besoin de retrouver du sens par rapport à ce que je faisais. Mettre mes compétences au service d’Atingo m’a attirée pour la cause défendue : la finalité des projets poursuivis est belle et permet d’avoir une société toujours plus inclusive.

Que préfères-tu dans ton travail chez Atingo ?

J’apprécie particulièrement la diversité du travail : travailler autant pour des projets de petite envergure que sur des très gros projets.
Ensuite, j’aime la multitude et la variété des collaborations : un travail d’équipe au sein du bureau, des échanges riches et réguliers avec les autres bureaux d’étude du secteur, les discussions avec les architectes/gestionnaires/propriétaires, la collaboration avec d’autres bureaux partenaires pour certains projets, etc.
Le travail d’équipe permet de réfléchir sur les conseils à fournir et de nous remettre toujours en question. A travers nos échanges, nous cherchons les réponses les plus adéquates et adaptées à la situation. Certains projets demandent parfois des réponses plus personnalisées.
Enfin, j’affectionne les contacts avec les architectes/responsables de chantier : cela me permet de rester confrontée à la réalité du terrain. La théorie est mise à l’épreuve et, par ce biais, s’en trouve aussi enrichie et confortée.

Quelles sont tes principales forces ?

Je dirais :

  • l’esprit de synthèse et la capacité de m’adapter, de jongler tout en gardant un même cap ;
  • le respect des délais et ma capacité à m’organiser et déléguer des tâches ;
  • le dialogue, l’ouverture et la remise en question.

Si tu ne devais donner qu’un seul conseil en matière d’accessibilité, quel serait-il ?

Mettez-vous en situation, côtoyez et discutez avec des personnes en situation de handicap. Vous comprendrez ainsi leurs besoins !
Regardez autour de vous : vous constaterez que vous croisez pas mal de personnes qui ont des besoins en matière d’accessibilité, même de manière indirecte, sans être liés à un handicap bien défini.
En observant un peu, vous verrez que les personnes en situation de handicap doivent sans cesse s’adapter pour être autonomes : ce n’est pas la société qui les accueille, c’est surtout elles qui se font au moule de la société.
En tant qu’architecte, nous devons apporter une valeur ajoutée aux projets que nous suivons : en effet, les projets sont significativement plus riches s’ils sont inclusifs.

Si tu te retournes sur ces années passées chez Atingo, qu’est-ce qui t’a marquée ?

Je suis marquée par l’évolution du travail : de Gamah, l’asbl encore bien ancrée dans la militance, nous sommes passés à Atingo qui cherche à former les gens, à leur donner les clés pour prendre en compte l’accessibilité.
A mes débuts, nous ne rédigions pas de rapport de recommandations, nous n’avions pas de contact privilégié avec les architectes, etc. A un moment, les différents acteurs du secteur se sont mis ensemble pour discuter des critères d’accessibilité, en débattre, les argumenter. Un guide a d’ailleurs vu le jour.
Parallèlement à cela, plus d’architectes sont venus composer l’équipe d’Atingo : des profils finalement proches de l’accessibilité et des métiers connexes.
Aujourd’hui, tout est dans le détail : nous accompagnons les projets du début jusqu’à leur finalisation en passant par le suivi des chantiers. C’est essentiel car nous constatons que même lorsque tout est bien prévu dans les plans et/ou les cahiers des charges, le résultat peut être inaccessible si tout n’est pas appliqué à la lettre. Nous devons être à l’affût jusqu’au dernier moment pour garantir l’accessibilité de l’infrastructure ou du site.

Au début des années 2000, nous étions très focalisés sur l’environnement physique (l’architecture, les dimensions, etc.). Peu à peu, nous nous sommes rendus compte qu’un bâtiment totalement accessible physiquement – mais sans un environnement humain propice à l’accessibilité – n’est finalement pas un bâtiment accessible. L’architecture ne suffit pas : on doit ouvrir d’autres portes pour garantir l’accessibilité.

Petit à petit, l’accessibilité devient aussi une spécialisation à part entière. La vision des architectes a d’ailleurs évolué : l’accessibilité devient un métier un peu comme ceux lié à l’énergie, à l’environnement. L’accessibilité prend sa place et devient incontournable dans toute une série de projets.
Aujourd’hui, l’accessibilité, ça s’apprend : c’est normal que tout responsable de projet ne sache pas d’emblée comment s’y prendre.

Pourquoi as-tu choisi de réaliser des études en architecture ?

Depuis que je suis toute petite, j’aime dessiner, créer. C’est un domaine qui m’a toujours passionnée.
Ce que j’adore dans le métier d’architecte, c’est la conception des espaces, la créativité, trouver des solutions à partir de cas plus complexes et pas spécialement partir d’une feuille blanche, faire le lien avec l’environnement déjà présent. Les plus beaux projets sont ceux qui ont le plus de contraintes au départ. J’ai donc toujours préféré les rénovations, partir de l’existant qui a une âme et organiser au mieux les espaces pour que ça convienne à la vie future des occupants. Les contraintes rendent un projet unique et beaucoup plus fort.

Retrouvez l’interview de Joëlle Depréay, conseillère en accessibilité

Retrouvez l’interview d’Alexandra Dusausoy, conseillère en accessibilité
Retrouvez l’interview de Frédérique Laumont, conseillère en accessibilité
Retrouvez l’interview de Cédric Marlière, formateur et conseiller en accessibilité
Retrouvez l’interview de Marianne Degroote, conseillère en accessibilité

Rejoignez-nous sur

Avec le soutien de la Wallonie et de la Région de Bruxelles-Capitale

Agréé par la Commission Communautaire Française

Copyright ©2020 Atingo ASBL | Site web par Image & Communication