• Article
  • Tout s’explique : les mains courantes

Tout s’explique : les mains courantes

Tout s’explique : les mains courantes (paru dans Aires Libres n°11 – juin 2012 – pdf 136 ko)

Certains l’appellent rampe d’escalier, d’autres lisse ou encore garde-corps ; quoiqu’il en soit, nous vous proposons de nous attarder sur ce qu’il est convenu d’appeler la main courante, à savoir cette « pièce longue et profilée installée sur les côtés d’un escalier, d’une pente ou encore le long d’un couloir, pour qu’une personne puisse s’y tenir, se guider.» (Définition de Société Logique, Québec)

Nous allons vous expliquer pourquoi elles doivent répondre à des normes bien précises et en quoi elles sont un élément indispensable de l’accessibilité.

A qui et à quoi servent-elles ?

Elles permettent, par exemple, aux personnes ayant des troubles de l’équilibre ou de la marche, aux enfants, aux personnes âgées ou aux personnes déficientes visuelles d’y prendre appui pour avancer ou se sentir en sécurité.

Personne utilisant la main courante pour s’aider à monter l‘escalier

Pourquoi doivent-elles être présentes de chaque côté de l’escalier ou du couloir ?

De cette manière, chacun peut prendre appui du côté de son choix ou dont il est capable. C’est le cas notamment si on se déplace avec une canne, un chien-guide ou si on est hémiplégique.
En cas d’un escalier large (> 3 m), une main courante supplémentaire est prévue au milieu de celui-ci afin de canaliser la circulation montante et descendante des personnes. Cela permet de disposer d’une main courante de chaque côté et dans chaque sens de circulation de l’escalier.

Main courante centrale contrastée permettant la canalisation des flux et un appui possible de part et d’autre

Pourquoi doit-il y en avoir 2 à des hauteurs différentes ?

La main courante inférieure sert aux enfants et aux adultes de petite taille tandis que la main courante supérieure convient aux autres personnes en général.

Pourquoi doivent-elles débuter avant la 1re marche et ne pas s’interrompre sur les paliers ?

En prévoyant les mains courantes au-delà de l’origine et de l’extrémité de l’escalier, la personne en situation de handicap (PSH) peut anticiper la montée ou la descente en prenant d’abord appui sur la main courante.
En étant continues sur les paliers, les mains courantes rassurent les PSH qui peuvent ainsi maintenir leur appui et conserver une ligne guide. C’est notamment le cas des personnes déficientes visuelles.

Mains courantes continues sur le palier (idéalement contrastées) permettant aux PSH de maintenir leur appui

Pourquoi faut-il veiller à la forme et aux fixations des mains courantes ?

Une bonne prise en main de la main courante est primordiale pour que celle-ci joue tout son rôle. A cet égard, les profilés arrondis sont à privilégier car ils garantissent une meilleure préhension.
Quant aux fixations, il est important qu’elles ne gênent pas la progression de la main sur la main courante. Elles doivent dès lors se raccorder par le dessous du profilé.

Profilés arrondis et fixations optimales afin de garantir une bonne préhension de la main courante

Pourquoi est-il idéal qu’elles soient de couleur contrastée ?

Lorsque les mains courantes sont de couleur contrastée par rapport à leur environnement immédiat (murs, marches, etc.), leur repérage est d’autant plus aisé pour les personnes malvoyantes.

Rejoignez-nous sur

Avec le soutien de la Wallonie et de la Région de Bruxelles-Capitale

Agréé par la Commission Communautaire Française

Copyright ©2020 Atingo ASBL | Site web par Image & Communication